Vins

Bordeaux à l'heure du bio

Pierrick Jegu Par Pierrick Jegu, Rédacteur 12.10.2021
Organic trend in Bordeaux

Malgré des conditions climatiques peu amènes, le vignoble girondin voit le logo AB fleurir sur un nombre de plus en plus important de ses bouteilles ! Ô la bonne nouvelle ! 

Encore minoritaires dans le vignoble hexagonal, les pratiques biologiques le sont de moins en moins… D’à peine 1 % au début des années 2000, la proportion de surfaces viticoles en bio est passée à environ 15 % aujourd’hui. Et ce chiffre gonfle d’années en années ! Si certaines régions ont été pionnières dans l’essor du bio, toutes les appellations de France en profitent désormais.  

Un climat difficile 

Qu’en est-il dans le vignoble bordelais, jugé parfois conservateur ? Avant de répondre à cette interrogation, il convient d’abord de préciser que toutes les régions viticoles ne sont pas égales face au bio. En clair, il est plus confortable de faire du bio dans une ambiance de soleil et de relative sécheresse que sous un climat océanique où il faut lutter fort contre des maladies comme le mildiou qui profitent de l’humidité pour se développer. De ce point de vue, du Muscadet à Irouléguy en passant par le Bordelais, les vignobles de la façade atlantique, naturellement très arrosés, ne sont pas les plus gâtés ! Malgré tout, ils s’inscrivent comme les autres dans une tendance marquée vers l’adoption de démarches vertueuses, dans les vignes et aux chais. 

Du bio à tous les étages 

À Bordeaux comme ailleurs, il y eut, dans les années 80-90 et au début des années 2000, l’époque des domaines précurseurs, de quelques figures avant-gardistes qui allaient à rebours du modèle très dominant de la viticulture conventionnelle. Vous voulez des noms ? Château Falfas dans le Bourgeais, Paul Barre à Fronsac, Château Le Puy en Francs Côtes-de-Bordeaux ou encore Château Gombaud Guillot à Pomerol. Il faut croire qu’ils en ont inspiré beaucoup d’autres… Car cette période où le bio n’était l’apanage que d’une toute petite poignée de vignerons est bien révolue. Mieux que ça, il gagne tous les pans de la viticulture girondine. Initié dans de « petits » domaines menés par des vignerons-artisans, le bio franchit maintenant le portail des grands châteaux et des crus classés. Belle illustration dans le Médoc, sur l’appellation Margaux entre autres, où les châteaux Palmer, Durfort Vivens ou Ferrière ont pris le chemin emprunté depuis longtemps par des domaines plus modestes comme le Clos du Jaugueyron ou les Closeries des Moussis. 

Une question d’argent ? 

Certes, il semblerait que le bio fasse vendre et que certains propriétaires ne soient pas insensibles à la chose. Mais il faut sacrément méconnaître la profonde remise en question liée à la conversion d’un vignoble au bio pour réduire la motivation de tous à un simple opportunisme commercial. D’ailleurs, de nombreux propriétaires poussent le bouchon plus loin que le bio pour épouser la biodynamie, encore plus rigoureuse. Et, en général, ils jugent que ça fait du bien à l’environnement mais aussi à leurs vins… Soyez-en convaincu(e) : Bordeaux et bio riment ! 

La sélection bio de Taste France Magazine 

Clos Puy Arnaud - Castillon-Côtes-de-Bordeaux – « Les Ormeaux » 2016 
La biodynamie guide depuis longtemps les pratiques de ce domaine. Résultat ? À l’image de cette cuvée, le vigneron met en bouteilles des vins vibrants, fluides, élégants et sans aucune ostentation. 

Clos du Jaugueyron – Haut-Médoc - 2017 
En Haut-Médoc ou appellation Margaux, Michel Théron signe des vins épatants de fraîcheur, de profondeur et d’équilibre, travaillés au plus près du raisin. Vous croquerez dans le fruit et le terroir ! 

Clos du Mounat – Côtes de Bourg – « Sans pour sens » 2018 
Sans sulfites ajoutés, sans barrique, 100 % raisin, 100 % merlot, 100 % levures indigènes… Un bordeaux dans l’esprit nature. De la souplesse, du fruit, encore du fruit et un rien de notes épicées et chocolatées. 

Château Le Puy - Francs Côtes-de-Bordeaux – « Emilien » 2018 
Majorité de merlot pour cette cuvée d’un château culte dans l’univers de la biodynamie. En bouche, de la gourmandise, de la droiture et de la finesse, autour de notes de fruits rouges ou de sous-bois, pour ce vin déjà très bon dans sa jeunesse et capable aussi de très bien tenir dans le temps. 

Sirop d'érable
Sirop d'érable
Beurre AOP Charentes-Poitou
Beurre AOP Charentes-Poitou